Le blog du CBD
CBD et Épilepsie

CBD et Épilepsie

L’épilepsie est un trouble neurologique très répandu caractérisé par des convulsions, des pertes de conscience ainsi que d'autres comportements inhabituels. Ce trouble affecte surtout les enfants, les adolescents et les personnes de plus de 65 ans. Des traitements de la médecine traditionnelle existent mais ne sont pas capables de guérir la maladie. Ces traitements servent à contrôler la fréquence des crises et ainsi de les diminuer. Les traitements conventionnels contre l’épilepsie sont pour la plupart toxiques, entraînant de nombreux effets secondaires indésirables.

Le CBD, molécule naturelle présente dans la plante de chanvre (Cannabis SATIVA.L) est au centre de beaucoup de recherches et d'études pour ses bienfaits médicaux. Cette molécule CBD (Cannabidiol)est différente de la molécule THC (9-delta-hydrocannabinol) présente également dans la plante Cannabis SATIVA.L. Elle ne possède pas d'effets psycho-actifs ni d'accoutumance mais plutôt de nombreuses propriétés thérapeutiques. D'après certaines études elle aiderait dans la guérison de nombreuses maladies et pathologies telles que l'épilepsie mais aussi Alzheimer, Parkinson, Schizophrénie, Sclérose en plaque, etc.

Dans cet article, nous allons parler de l'épilepsie et vous dévoiler les bienfaits qu'apporte le CBD dans le traitement de ce trouble neurologique.

Épilepsie

L'épilepsie est une affection neurologique qui se traduit par une activité électrique anormale du cerveau. On parle alors de « crises d’épilepsie ». Cette activité électrique va empêcher le cerveau de bien fonctionner en perturbant la communication des neurones. Il en découle des convulsions, pertes de conscience, mouvements saccadés, absences et quelques fois, hallucinations auditives et visuelles… Il n'existe pas qu'une seule forme d'épilepsie !

Nous ne pouvons être diagnostiqué épileptique que lorsque nous avons fait plus d'une crise. Près de la moitié de la population peut faire une crise au cours de sa vie. Ce n'est pas pour autant qu'il sera épileptique. Seules les crises à répétition prouvent qu'une personne est atteinte d'épilepsie. Les crises d'épilepsie sont des crises imprévisibles et peuvent arriver à n'importe quel moment de la journée et de la soirée.

L'épilepsie est un mot Grec et signifie « attaquer par surprise, saisir » ce qui décrit parfaitement l'imprévisibilité des crises. En France, le nombre de personnes touchées par cette affection neurologique s’élève environ à 400.000/500.000 et se sont principalement les jeunes et personnes âgées qui y sont le plus sujets. L'épilepsie est le trouble neurologique le plus courant après la migraine et la démence.

Les causes de ce trouble sont encore inconnues mais l’hérédité (épilepsie idiopathiques) en ferait partie. Pour certains sujets, l'épilepsie est causée par un traumatisme cérébral (accident vasculaire cérébral), des infections (encéphalite virale, méningite, sida...) et des troubles du développement (autisme). On parle dans ce dernier cas de crises symptomatiques.

Comme nous l'avons évoqué un peu plus haut, il existe différentes formes d'épilepsies : les crises généralisées et les crises partielles.

Les crises généralisées

Les crises généralisées sont liées à des décharges électrique sur l'ensemble du cerveau. Il existe plusieurs types de crises généralisées. Nous pouvons citer :

  • Les crises tonicocloniques, qui sont les plus courantes et se manifestent par des convulsions, perte de connaissance, chute, morsure de langue, bave et raideur. Lorsque le malade revient à lui, il ne se rappel plus des événements qui viennent de se produire. Ces crises durent 2 minutes environ et se déroulent en deux phases : phase tonique et phase clonique.
  • Les crises myocloniques se caractérisent par des secousses musculaires brèves. Lors de crises myocloniques, le patient est en pleine conscience et n'éprouve aucune confusion. Cette crise n'est pas très longue et dure généralement que quelques secondes.
  • Les crises atoniques au cours desquelles le patient perd son tonus musculaire et chute en perdant connaissance. Lorsque celui-ci reprend conscience, il peut se relever et marcher.
  • Les absences généralisées qui surviennent principalement pendant l'enfance entre 5 et 10 ans. Les absences durent que quelques secondes. Le malade perd contact avec l'extérieur mais garde son tonus. Il ne perd pas connaissance.

Les crises partielles

Les crises partielles sont liées à une décharge sur seulement une partie du cerveau. On distingue deux types de crises partielles : Les crises partielles simples et les crises partielles complexes. On appel crises partielles simples lorsque le patient ne perd pas connaissance. Les crises partielles complexes sont lorsque la conscience se modifie. Selon la zone du cerveau touchée les symptômes peuvent être différents. On retrouve parmi ces signes, troubles de la sensibilité, de la motricité, du comportement. Les crises partielles évoluent souvent vers une crise généralisée.

Quelles sont les conséquences de l'épilepsie?

Les crises d'épilepsie peuvent être de courte durée (quelques secondes à deux minutes) ou de durée prolongée.

Lorsque les crises sont de courte durée, les conséquences sont plutôt d'ordre physique. Il se peut que la personne épileptique chute et se fasse mal entraînant des blessures corporelles. Mais lorsque les crises sont de durée prolongée, les conséquences peuvent être beaucoup plus graves. Ces dernières peuvent entraîner des séquelles neurologiques irréversibles et ce à n'importe quel âge de la vie.

Lorsque les crises sont mal traitées il peut arriver « la mort subite inattendue et inexpliquée en épilepsie » (MSIE) même si cela reste rare. Les causes de la MSIE seraient dues à une altération du rythme cardiaque ou à l'arrêt de la respiration.

Les personnes atteintes de crises d'épilepsie subissent souvent les préjugés des autres individus, l’imprévisibilité des crises qui rend la vie plus compliquée et plus stressante mais aussi les effets secondaires des médicaments qui sont nocifs pour la santé.

Enfin, une femme épileptique souhaitant avoir un enfant doit consulter impérativement un médecin au moins 3-4 mois avant la conception. Ses médicaments seront alors réajustés au niveau du dosage afin de ne pas créer une éventuelle malformation du fœtus. A savoir, les crises d'épilepsie peuvent être néfastes pour le fœtus car elles peuvent le priver d’oxygène.

Traitements médicamenteux pour les épileptiques

Il n'existe pas « un » mais « des » médicaments pour traiter les crises d’épilepsie. En effet, comme nous l'avons vu ci-dessus, il existe plusieurs types d'épilepsies et donc un médicament spécifique pour chacune d'elles. Si une personne épileptique prend un médicament non adapté à sa crise alors celle-ci peut s'aggraver. Aucun traitement ne permet de guérir de l’épilepsie. Les traitements contre l'épilepsie permettent de réduire la fréquences des crises et de stabiliser la maladie.

Les médicaments permettant de réduire l'intensité et la fréquence des crises d'épilepsie sont les « antiépileptique ». Parmi eux se trouvent le phénytoïne (Dilantin), le carbamazépine (Tegretol), l'acide valproïque (l'Epival) mais aussi la lamotrigine (Lamictal), la gabapentine (Neurotin) et le topiramate (Topamax) qui sont plus récents. Ces traitements permettent de bloquer l'influx électrique dans le cerveau en diminuant les réactions des cellules neuronales qui sont à l'origine des crises. Cependant ces médicaments créent de nombreux effets indésirables tels que les malformations du fœtus, l'élimination de la vitamine D (ostéoporose), troubles de l'autisme et du développement (enfant) et troubles de la coagulation (nouveau-né).

D'autres traitements existent comme la chirurgie qui consiste à inciser ou enlever la partie du cerveau atteinte d'épilepsie. Cette technique est recommandée aux personnes pour qui les traitements médicamenteux s’avèrent inefficaces. Cependant, la chirurgie n'est pas sans conséquences et peut parfois créer un problème neurologique chez le patient.

Comme vous pouvez le constater ces médicaments sont toxiques à long terme. Depuis peu, de plus en plus de personnes souhaitent se tourner vers des traitements naturels comme le CBD qui comme nous l'avons vu est de plus en plus étudié et approuvé par les scientifiques et professionnels de la santé. Nous allons donc vous faire découvrir l’efficacité du CBD pour le traitement des crises d'épilepsie.

Action du CBD sur l'épilepsie

Le CBD ou Cannabidiol est l'une des 100 molécules présentes dans la plante Cannabis SATIVA.L. Au contraire de sa petite sœur, le THC (9-delta-tetrahydrocannabinol)qui est psychotrope, le CBD est quant à lui connu et de plus en plus reconnu, pour ses effets thérapeutiques sur la santé. Le Cannabidiol CBD est le cannabinoïde le plus retenu de la plante de Chanvre, pour traiter l'épilepsie, le trouble le plus répandu après la migraine et la démence.

Plusieurs études ont démontré l'action du CBD sur les crises d’épilepsie. En effet, d'après cette étude démontre que le CBD et le CBDV (molécule de la plante de chanvre) contrôlent et maintiennent la suractivité des récepteurs vanilloïdes TPRV1 responsable des crises d'épilepsie.

Il à également été prouvé que le CBD est un neuroprotecteur capable d'agir sur les inflammations et de diminuer le stress oxydatif.  De ce fait, la destruction cellulaire diminue et les neurones se renouvellent ce qui permet au performances motrices et cognitives de s’améliorer.

Le CBD à de même été approuvé par diverses études pour ces effets anti inflammatoires ainsi que pour le fait qu'il régule le système immunitaire et stabilise l'équilibre intérieur.

Enfin, le CBD à une dose élevée agit comme anticonvulsivant, permettant de diminuer les contractions musculaires causées par les crises d'épilepsie. Cette étude faite sur des rats atteints d'épilepsie le démontre.

Le CBD contre les crises d'épilepsie

Une étude du NYU Langone Healt (Université de N .Y) publiée dans le New England journal of Medecine confirme le potentiel de l'Epidiolex (médicament à base de CBD) dans la réduction du nombre de crises (-41%) ainsi que dans l'intensité de celles-ci pour les personnes atteintes du syndrome de Lennox-Gastaut, une forme d'épilepsie réfractaire.

Depuis quelques années, les recherches sur le CBD ont permis de prouver ses bienfaits sur l'épilepsie mais seulement sur deux syndromes: Les syndromes de Dravet et de Lennox-Gastaut. Il à été observé une baisse des crises de 50% chez 40% des patients ayant été traités avec de l'Epidiolex (médicament à base de CBD) et très peu d'effets secondaires ont été remarqués.

L'étude prouvant l’efficacité du CBD pour ceux atteints du syndrome de Dravet à été réalisé par le Professeur Devinsky en 2017 sur 108 enfants. Une baisse de 50% des crises à été observé chez 43% des enfants sous Epidiolex à 10% de concentration en CBD.

L'étude prouvant l’efficacité du CBD pour ceux atteints du syndrome de Lennox-Gastaut fut elle aussi réalisée par le professeur Davinsky en 2018 sur 225 patients, adultes et enfants. Cette fois-ci, 42% des crises se sont vues réduites.

Ces études prouvent bien que le CBD joue un rôle dans la réduction de la fréquence et de l'intensité des crises d'épilepsie mais seulement sur ces deux syndromes. En ce qui concerne les autres formes d'épilepsies, les recherches avancent et restent à prouver.

Zoom sur l'Epidiolex

L'Epidiolex est un extrait de CBD pure permettant de traiter les formes résistantes d’épilepsie, c'est à dire les syndromes de Dravet et Lennox-Gastaut. Cette solution à été développée la société Britanique GW Pharmaceuticals.

L'accès à l'Epidiolex en France reste restreint. Seules les personnes atteintes d'une de ces deux formes rares d’épilepsie et qui sont réfractaires aux médicaments conventionnels ont le droit d'avoir une ordonnance afin de se fournir en pharmacie. Ce qui oblige bon nombre de personnes souhaitant se soigner avec des méthodes naturelles, d'acheter du CBD sous forme d'huile dosée à 10% ou 20%. Ces huiles ne sont pas toujours en règle et son parfois mensongères. Seule une huile certifiée BIO est acceptable et nous conseillons toujours par commencer par des petites doses afin de voir comment le corps réagit.